Plume et parchemin

Forum dédié à la lecture sous toutes ses formes et à l'écriture
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Comtesse Aventurière (ou la Symphonie Passionnée)

Aller en bas 
AuteurMessage
Aenor
Auditeur
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: La Comtesse Aventurière (ou la Symphonie Passionnée)   Mar 1 Aoû - 10:08

J'ai écrit ce texte de 1988 (à 20 ans) à 1994. Puis ayant perdu la disquette de travail, j'ai abandonné...

Je vous le livre donc aujourd'hui 18 ans après les premiers jets et les premières recherches.

Il me manque certains feuillets... j'essaierai de "réécrire" ces manques....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ctm-v2.conceptbb.com/index.forum
Aenor
Auditeur
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: La Comtesse Aventurière (ou la Symphonie Passionnée)   Mar 1 Aoû - 10:28

- Chapitre I -

Requiem d'une époque


Une brume épaisse recouvrait la verte campagne de ses doigts cotonneux. L'aube n'était pas encore apparue sur l'horizon. Et cette partie de la province normande tenait, en son sein, ses habitant encore endormis. Alors que le soleil dardait timidement ses premiers rayons, au loin, ... à l'autre bout de la forêt de Cerisy, un bruit de galop se fit entendre. La fillette postée sur le bord du chemin depuis quelques minutes tendit l'oreille aux aguets. Dès qu'elle vit apparaître le cavalier, elle se tint prête. A son arrivée, elle sauta devant le splendide et fougueux étalon arabe qui se cabra. Sonmapitre, par son expérience à le maîtriser. Il dit alors : "Tu es folle ! Ali aurait pu te donner un coup de sabot fatal !". Comme elle ne répondait pas, il la regarda. Olivier de Saint Tosy, vicomte du château de Gramdbourg fut étonné du regard haineux émanant de ce peit petre tout de noir vêtu, le visage ingrat, encadré par deux tresses épaisses et brunes. Il reconnut alors la jeune Pauline, fille de Louis Victoire. Il la somma de s'écarter. Ce qu'elle fit mal gré. Le jeune homme s'éloigna, pensif... Alors qu'il sentait dans son dos les yeux rageurs de la jeune enfant, il repartit au galop. Il sentit de gouttelettes de brume s'accumuler sur son visage et ses yeux, si bien que ce fut trop tard qu'il distingua la corde en travers du chemin. Les antérieurs de l'étalon ployèrent sous lui. Son cavalier lui passa au dessus de l'encolure. Pauline accourut et se dirigea vers le cheval, inquiète, celui-ce se releva sans dégâts puis fit quelques pas pour aller finalement brouter. La fillette marcha lentement vers le jeune homme. Il avait une blessure au front et l'une de ses jambes avait un curieux angle. Un sourire narquois et victorieux apparut sur le visage de l'enfant. Un chariot surgit tout d'un coup sur le chemin. Elle alla se cacher promptement derrière un chêne. Elle reconnutle couple Chanu, ses voisins, paysans travaillant pour les Saint Tosy. Il s'arrêtèrent pour porter secours à Olivier qu'ils installèrent dans leur chariot. La fillette repartit dans la forêt en bondissant tel une petite elfe. Elle courut, courut sans regarder une seule fois derrière elle. Elle arriva au pavillon de chasse qui servait de maison à toute sa familel. Elle rentra en coup de vent et fit fortement claquer la porte. A pas feutrés, elle pénétra dans la chambre de ses parents.

La pièce était plongée dans l'obscurité seulement éclairée par deux cierges gentiment offerts par le curé du village. Ils encadraient le corps de son père qui venait de rejoindre sa femme dans la mort. La fillette s'approche du lit et sur la pointe des pieds embrassa son père sur la joue. "Tu es vengé, Papa". Elle sortit pour aller voir dans l'autre chambre, qu'elle partageait avec son frère, pour voir s'il dormait. Un jeune garçon d'un peu moins de dix ans se reposait, elle vit des traces de larmes séchées maculer ses joues, elle lui caressa la tête et tendrement arrangea sa tignasse brune. Elle alla dans la cuisine raviver le feu et le contempla. Une cinquantaine de minutes plus tard, on frappa à la porte. Elle l'ouvrit et reconnut sa meilleure amie Emilie Jouès. Celle-ci lui dit : "Pauline, est-ce que c'est toi qui a mis une corde en travers du chemin de Messire Olivier ?
- Oui et j'en suis fière, dit-elle en relevant le menton.
- Tu as tort car le Comte a décidé de faire mettre en prison ! Je le sais car pendant que je frottais les cuivres, je l'ai entendu le dire au Père Chanu.
- Je voulais me venger, à cause des Saint Tosy, mes parents sont morts !". Son regard se perdit sur l'horizon à travers la fenêtre et s'embua.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ctm-v2.conceptbb.com/index.forum
 
La Comtesse Aventurière (ou la Symphonie Passionnée)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Profession ? Passionné !
» Passionné(e) de manga/anime : qu'en pense votre entourage ?
» La comtesse de Ségur
» La comtesse de Ségur - Un amour d'enfant
» Comtesse Ombeline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume et parchemin :: Vos parchemins personnels :: Vos histoires-
Sauter vers: